Conclusion

Finalement, la voiture électrique peut-elle être à la fois une solution pour l'environnement et répondre aux besoins des utilisateurs? 

Nous avons vu que la voiture électrique n'est pas  100% écologique si l'on prend en compte la production de l'électricité. Pour réellement libérer 0g de CO2, l'électricité nécessaire pour recharger la batterie doit être produite par des énergies renouvelables, comme par exemple l'énergie solaire ou hydraulique. Le véhicule électrique est donc le plus "propre" dans les pays comme la Suisse où seulement 4% de l'électricité produite vient d'énergies fossile.

Dans tous les cas, quel que soit le moyen mis en jeu pour produire l'électricité, le véhicule électrique est plus bénéfique pour l'environnement que le véhicule thermique. En effet, il permettrait de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Mais a-t-il un avenir auprès de la population?

D'une part, nous avons vu que l'autonomie et le prix de la batterie sont des critères qui éloignent les potentiels acheteurs. Par contre, l'autonomie s'est beaucoup améliorée puisqu'elle peut atteindre des valeurs de l'ordre de 400km! Ceci n'est pas le cas pour la majorité des véhicules disponibles sur le marché qui ont en général une autonomie de l'ordre de 150km. Mais 150km est largement suffisant pour un utilisateur urbain, d'ou l'autonomie est un véritable obstacle seulement pour les utilisateurs qui réalisent systématiquement de longs trajets. Pour cette clientièle, une solution semble avoir été trouvée: l'opel ampera (ou chevrolet volt aux Etats-Unis) dont nous avons découvert les caractéristiques au salon de l'auto. En termes de prix, la location de batteries pourrait satisfaire l'acheteur pour qui le prix de la voiture électrique ne serait pas plus élevé que celui d'une voiture ordinaire. De plus, de nombreux laboratoires travaillent sur les nouvelles générations de batterie et les résultats sont prometteurs: prix diminués et rendements augmentés. Par exemple, "Planar energy" (de Orlando, Floride, Etats-Unis) ont développé des batteries plus puissantes, plus compactes et moins chères grâce à des procédés de fabrication révolutionnaires. Elles coûteraient deux fois moins cher que les batteries lithium utilisées à présent, et leur densité énergétique serait trois fois plus élevée. 


Il semblerait donc que le véhicule électrique est une alternative réaliste et séduisante au véhicule à combustion. Tout en étant respectueux de l'environnement, il ne demande pas de sacrifices majeurs aux utilisateurs. S'il est plus adapté à la conduite urbaine, les progrès technologiques en cours devraient rapidement améliorer ses performances et le rendre concurrentiel pour tout type d'utilisation. Le frein au développement de la voiture électrique proviendrait de l'infrastructure. Il y a tout à faire: installer des bornes de recharge (et potentiellement des stations Quick Drop) un peu partout, construire de nouvelles centrales électriques. Nous sommes optimistes quant au futur: une augmentation progressive de la demande en voitures électriques entraînera une augmentation de la production et par conséquent une baisse des prix qui contribuera à augmenter la demande. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site